Le Trèfle des près

Par Benjamin Delfaut

Trifolium pratense

Vous reconnaissez très certainement cette plante, très commune partout en France et dans l’ensemble de l’hémisphère Nord. On la croise aussi bien dans les bois, en lisière, dans les prairies, que dans les zones cultivées, en plaine comme en altitude. Plante vivace dont la feuille est trifoliée (composée de 3 folioles), chaque foliole étant en forme d’ellipse, de couleur verte avec parfois une sorte de tâche blanchâtre caractéristique sur le dessus. Les fleurs sont regroupées au sommet de la tige en une inflorescence globuleuse. Les pétales sont soudés, rosés/violacés au sommet et blancs à la base. L’inflorescence est entourée de stipules en pointe élargies des feuilles supérieures. N’avez-vous jamais goûté au nectar sucré de ces fleurs ? Souvenir d’un subtil plaisir enfantin pour certains…

On l’appelle trèfle commun, trèfle rouge, trèfle des près, trèfle violet, miel des près ou encore herbe à vache. Les botanistes, quant à eux, l’appellent Trifolium pratense L. Elle appartient à la famille des Fabacées (légumineuses).

Un concentré de nutriments et d’anti-oxydants!

Utilisée largement comme plante fourragère, elle demeure peu exploitée pour l’alimentation humaine. Et pourtant ! Elle renferme 12 à 15% de protéines, dont des acides aminés essentiels. À cela, on ajoute un cocktail de vitamines : provitamine A, B1, B3, C, E, K. Cette plante est une excellente reminéralisante : on y retrouve du potassium, du calcium, du magnésium, du phosphore ainsi qu’un large éventail d’oligo-éléments (zinc, fer, chrome, cuivre, sélénium, cobalt, bore, manganèse). Enfin, des polyphénols antioxydants puissants viennent compléter le tableau (quercétine, isoflavones). On peut manger l’ensemble de la sommité fleurie ainsi que les jeunes feuilles, aussi bien fraîches que séchées et pulvérisées, à saupoudrer dans les plats. Rien de tel pour recharger les batteries ! À combiner pourquoi pas à l’ortie piquante ou encore la prêle.

Du côté médicinal, qu’en dit-on ?

Cette plante trouvera toute son utilité chez les organismes épuisés et déminéralisés. À la fois diurétique et décongestionnante de l’ensemble du réseau lymphatique (vaisseaux lymphatiques et ganglions, grâce à la présence de dérivés coumariniques), elle permettra de stimuler le drainage en profondeur des diverses toxines qui peuvent engorger l’organisme : déchets cellulaires, médiateurs de l’inflammation, toxines bactériennes, etc. C’est sur le long terme qu’elle se révèlera la plus efficace. On pourra la préconiser en traitement de fond notamment en cas de terrain inflammatoire chronique (maladie auto-immune, sujet sédentaire avec alimentation trop riche, etc.).

Bien qu’absent des Pharmacopées Européenne et Française, le trèfle des près renferme des flavonoïdes originaux : des isoflavones (biochanine A, trifoside et formononétine, qui sont eux-mêmes des précurseurs de la génistéine et la daidzéine). Ces molécules sont des phyto-œstrogènes, c’est-à-dire qu’elles miment l’effet des œstrogènes dans l’organisme en se fixant sur leurs récepteurs. Le trèfle est recommandé notamment lors de la ménopause chez la femme, afin d’en atténuer les symptômes au moyen du rééquilibrage de la balance hormonale, ainsi que pour prévenir l’ostéoporose. En l’absence de données cliniques fiables (preuve de l’efficacité non démontrée car essais contradictoires), cette indication ne repose que sur l’usage traditionnel.

On contre-indique le trèfle rouge chez la femme enceinte ou allaitante, en cas d’hyperœstrogénie ainsi que chez les femmes ayant eu des antécédents de cancer hormono-dépendant (de même que pour le soja).  De par la présence en faible quantité d’une huile essentielle contenant du salicylate de méthyle (effet aspirine-like), on évitera par mesure large de précaution d’employer le trèfle rouge en même temps que des anticoagulants ou de l’aspirine.

Comment l’utiliser ?

On pourra préparer simplement des infusions à partir des sommités fleuries : on comptera 2 c. à soupe de plante sèche (ou 4 c. à soupe de la plante fraîche) par tasse de 200 ml, infuser 10 minutes dans une eau frémissante, boire à raison de 3 tasses par jour, entre les repas.

On pourra également préparer une teinture-mère de trèfle rouge et en consommer 100 à 150 gouttes par jour, entre les repas.

Point sur la recherche :

Bien que placées au centre de préoccupations de sécurité concernant leur potentiel à promouvoir la croissance des cellules cancéreuses hormono-dépendantes, les isoflavones du trèfle rouge et du soja ne font pas l’unanimité parmi les équipes de recherche. Testées en laboratoire sur des lignées cancéreuses humaines (1), les isoflavones du trèfle rouge et du soja ne semblent non seulement pas favoriser la croissance tumorale, mais en plus elles induiraient une diminution de la prolifération cellulaire, une augmentation de l’apoptose (= processus de mort cellulaire) ainsi qu’un arrêt du cycle cellulaire. La nature est pleine de surprise!

Chez l’homme, il semblerait que les isoflavones du trèfle rouge puissent avoir un rôle bénéfique dans la prévention et le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Cependant, le niveau de preuve demeure faible à l’heure actuelle, puisque les seuls essais conduits étaient des tests in vitro ou in vivo chez la souris.

Par ailleurs, des études préliminaires dans le domaine de l’oncologie semblent mettre en évidence un effet préventif (non pas curatif) du développement de cancer de la prostate chez l’homme. Là encore, les recherches n’ont pas dépassé le stade in vitro, le chemin est encore long avant d’escompter valider une quelconque indication dans ce domaine.

(1) Reiter, E., Gerster P., Jungbauer A. Red clover and soy isoflavones – an in vitro safety assessment. Gynecological Endocrinology : the official journal of the International Society of Gynecological Endocrinology. 2011, 12, pp.1037-42. PMID : 21801124