Une solution pour les mains desséchées par le gel hydroalcoolique

Chloé et Laura nous demandent comment venir en mians aux personnels des Ehpad ou elles travaillent et dont les mains sont desséchées et abîmées par l’emploi fréquent de gel hyrdoalcoolique.

L’alcool et les composés gélifiants ont tendances à dessécher la peau. Avec l’utilisation fréquente qui est faite de ces solutions par le personnel soignant il faut aussi penser à des baumes réparateurs. Les corps gras sont indispensables pour refaire la couche protectrice cutanée. on dit souvent qu’ils vont « hydrater la peau », c’est un peu un abus de langage car les huiles et beurres végétaux ne vont pas hydrater (ce qui signifie littéralement apporter de l’eau) mais plutôt protéger de la déshydratation. Leur action consiste plutôt a rétablir un film protecteur, nourrir la couche superficielle dite « cornée » de l’épiderme permettant, ainsi, d’assouplir la peau et de favoriser la cicatrisation.

Fabriquer un baume pour les mains avec juste deux ingrédients

Vous pouvez fabriquer rapidement un baume efficace en combinant un beurre et une huile végétale. Eviter les huiles minérales comme la paraffine ou la vaseline, préférez le beurre de karité Butyrospermum parkii et une bonne huile végétale : abricot, amande douce, chanvre, avocat, argan, germe de blé, rose musquée ou un macérât huileux de calendula ou centella.
Les macérât huileux sont des macérations de plantes dans l’huile souvent l’huile de tournesol, cela permet d’apporter une propriété particulière à l’huile végétale, adoucissante et cicatrisante par exemple pour le calendula ou la centella.

Faites un mélange en poids de 70% de beurre de karité et 30% d’huile. Par exemple, approximativement, une cuillère à soupe bombée de beurre de karité et trois-quart de cuillère à soupe d’huile végétale.

Nettoyer un bol et une spatule et si possible désinfecter les à l’alcool à 70°
Peser le beurre de karité dans le bol et l’écraser à l’aide de la spatule afin d’obtenir une pâte homogène.
Rajouter petit à petit l’huile végétale jusqu’à l’obtention d’une « pommade-chantilly »

Et une version plus élaborée si cela vous tente !

A la pommade précédente vous pouvez ajouter des huiles essentielles aux propriétés cicatrisantes et antiseptiques. Nous vous proposons l’huile essentielle de lavande vraie (encore appelée fine ou officinale) Lavandula angustifolia et de ciste ladanifère Cistus ladaniferus. Pour ce type de produit il ne faut pas mettre plus de 1% d’huile essentielle ce qui correspond pour les proportions données ci dessus à 8 gouttes au total d’huile essentielle; par exemple 4 de lavande vraie et 4 de ciste.

Bien mélanger la pommade et les huiles essentielles en triturant la préparation.
Étiqueter la préparation en notant la date de fabrication.
Conservation à l’abri de la lumière 3  à 6 mois.

Attention aux huiles essentielles, elles sont contre-indiquées aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes et peuvent être allergisantes. Effectuer un test de tolérance dermique
au niveau du plis du coude avec la préparation avant une utilisation plus large.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *