Plantes Médicinales

Historique de la phytothérapie

Le premier texte connu sur la médecine par les plantes est gravé sur une tablette d’argile, rédigé par les Sumériens en caractères cunéiformes 3000 ans av. J.-C.;
Au xvie siècle av. J.-C., dans l’Egypte ancienne, Papyrus Ebers était le premier recueil connu consacré aux plantes médicinales.
Les Grecs et les Romains utilisaient également de nombreuses plantes.

Qu’est-ce qu’une plante médicinale?

La circulaire N° 346 du code de la santé publique (CSP) du 2 juillet 1979 définit une plante médicinale comme  » une plante présentant des propriétés médicamenteuses, sans avoir ni ne pouvant avoir aucune utilisation alimentaire, condimentaire et hygiénique « .
Plus précise, la définition de la pharmacopée française, définit les plantes médicinales comme  » des drogues végétales qui peuvent être utilisées entières ou sous forme d’une partie de plante et qui possèdent des propriétés médicamenteuses « .

Les plantes sont composées de substances appelées principes actifs qui sont responsables de leurs effets thérapeutiques.
Il existe 3 préparations de base:

  • L’infusion: les plantes sont bouillis dans une casserole ou on verse l’eau bouillante sur la plante.
  • La décoction: les plantes (tiges, écorces ou fruits) sont laissées dans de l’eau en ébullition pendant des périodes plus longues, de 10 minutes à plusieurs heures.
  • La macération consiste à mettre la plante en contact avec un liquide à température ambiante (eau, vin, alcool, huile) de 30 minutes à plusieurs semaines.

Par ailleurs, d’autres préparations sont issues du macérât:

  • Les teintures végétales sont des liquides très concentrées, utilisés en homéopathie, issus du traitement des plantes séchées avec de l’aloccol, généralement avec un rapport plante/alcool de 1/5.
  • Les alcoolatures sont obtenues par la macération de la plante fraîche dans de l’alcool. Leur concentration est moins importante que celle des teintures mères mais leur conservation est de courte durée.
  • Les extraits s’obtiennent après évaporation d’une substance extractive comme la décoction ou la teinture.

Et en utilisation locale, il y a les gargarismes, les bains de bouche, l’application nasale ou dans les oreilles et pour la peau, sous forme de lotion, en bain, sous forme de compresses imbibées ou de cataplasme.

Les principes de la phytothérapie

La phytothérapie n’a de bienfaits que si les plantes sont de qualité et provenant de cultures et de récoltes qui respectent l’homme et son environnement.

Précautions

Les plantes peuvent également se révéler dangereuses.
Certaines associations de plantes sont déconseillées.

 

Malva sylvestris

Angelica archangelica

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un gourmand amateur d’angélique Angelica archangelica… il a bien raison !