Archives de catégorie : Des herbes à Bordeaux

Des news sur le projet Herbéo

Compléments alimentaires – Les conseils d’Herbéo, l’herboristerie de Bordeaux : La Vitamine B12

L’histoire de la vitamine B12 est liée à celle de la maladie de Biermer encore appelée anémie pernicieuse. Cette anémie d’installation progressive est dû à une atteinte auto-immune empêchant par altération des parois gastro-intestinales l’absorption de la vitamine B12.

L’action antianémique du foie de veau mise en évidence dans les années 1920 oriente les recherches vers l’identification des substances actives. En 1948 est décrit la vitamine B12 ou cyanocobalamine qui, à doses infimes, permet de corriger les troubles hématologiques de la maladie de Biermer. En fait plusieurs substances de structure chimique proches possèdent une activité vitaminique de type B12.

Moléculairement la vitamine B12 a une structure complexe formée d’un noyau tetrapyrrolique au centre duquel figure un atome de cobalt, un groupe nucléotidique et un groupement variable qui va permettre de distinguer la cyanocobalamine (groupe cyano CN), l’hydroxocobalamine (groupe hydroxyl OH) ou la méthylcobalamine (groupe méthyle CH3). La vitamine B12 est soluble dans l’eau.

Les vitamine B12 sont synthétisées par les bactéries intestinales et principalement chez les ruminants. Elle est ensuite présente dans la chair des animaux et stockée principalement dans le foie. L’homme ne peut compter que sur un apport extérieur par la consommation de viande de ruminant et/ou de lait ou produits dérivés. Les végétaux sont dépourvus de vitamine B12. Malheureusement l’absorption intestinale de cette vitamine est faible et ne dépasse pas 50%.

La vitamine B12 absorbée est stockée dans notre foie et nous avons normalement de 2 à 3 mg « en stock » soit environ 3 ans de réserve. En effet les quantités nécessaires par jour sont infimes : environ 2,5 à 5 µg. Dans un régime végétarien une carence peut s’installer très progressivement car les apports sont réduits uniquement aux micro-quantités présente dans des microorganismes présents sur les légumes absorbés.

L’absorption de la vitamine B12 par le tube digestif est faible par un mécanisme passif lorsque les quantités de vitamine sont importantes dans la lumière intestinale (cela ne concerne toutefois pas plus de 1% de cette quantité !), et par un mécanisme actif intervenant pour les doses plus faibles de vitamine B12 en combinant deux molécules de vitamine B12 à une protéine de protection et de transport synthétisée par la paroi stomacale appelée « facteur intrinsèque ». Ce complexe est protégé de la dégradation enzymatique intestinale et va être absorbé par les entérocytes de l’iléon via des récepteurs spécifiques. D’autres protéines de transport plasmatique prendront alors en charge la vitamine B12 pour l’emporter sur son lieu de stockage (le foie) ou d’utilisation.

Il faut retenir qu’une bonne intégrité de la paroi digestive et une acidité suffisante dans l’estomac sont indispensable à la bonne absorption de la vitamine B12 et faire le lien avec l’augmentation des syndromes de perméabilité et des dysbioses intestinales ainsi que le recours a des traitements antiacides par inhibiteurs de la pompe à proton au long cours.

Cyano- et hydroxy-cobalamine sont des formes de transition menant à la méthyl- ou 5-deoxyadénosyl-cobalamine seules forment biologiquement actives comme co-facteur de plusieurs réactions physiologiques d’importance :

  • La transformation de l’homocystéine en méthionine
  • Le métabolisme des folates qui est capital pour la synthèse de l’ADN
  • Le métabolisme de certains acides gras et acides aminés

Les conséquences d’une carence chez l’homme se caractérise par les signes suivants :

  • Une fatigue intense
  • Des signes digestifs avec anorexie et diarrhées
  • Des troubles neurologiques : douleurs et engourdissement des extrémités, troubles de la marche de la mémoire et de l’humeur. La carence en vitamine B12 affecte notamment la synthèse de myéline qui gaine les prolongements nerveux et permet la conduction de l’influx nerveux.
  • Une anémie avec pâleur, difficultés respiratoires à l’effort, l’anémie concerne les trois lignées sanguines (globules rouges, blancs et plaquettes) et est dite « mégaloblastique » caractérisée par la présence de grandes cellules aux caractéristiques immatures dans la moelle osseuse.

La carence en vitamine B12 peut être attestée en cas de suspicion par un dosage sanguin.

Les carences proviennent de déficits alimentaires et/ou de troubles liés au processus d’absorption. Régime végétarien strict ou les apports en vitamine B12 sont réduits uniquement aux microquantités présentes dans des microorganisme présent sur les végétaux absorbés.

Déficit d’absorption par manque congénital d’une protéine de transport (cas génétique rares), par atteinte auto-immune (maladie de Biermer) ou suite de chirurgie intestinale (obésité, cancers, maladies inflammatoires). Des déséquilibres importants de la flore, l’atteinte des muqueuses intestinale notamment due à des intolérances alimentaires peut aussi entrainer après épuisement des stocks hépatiques (cf ci-dessus) une carence en vitamine B12. Hypoacidité gastrique fréquente notamment chez les personnes âgées et les personnes traitées par les inhibiteurs de la pompe à protons (-prazole)

La complémentation en vitamine B12 en cas de carence peut être fait par injection intramusculaire qui permet de refaire rapidement les stocks de l’organisme mais aussi par voie orale. Malgré la faible absorption de cette vitamine les quantités journalières nécessaires étant très faibles la voie orale pourra donner satisfaction.

En dehors des pathologies carentielles évoquées plus haut une supplémentation en vitamine B12 pourra être envisagée chez les personnes fatiguées, en convalescence, chez les personnes âgées, les éthyliques et les personnes atteinte de polynévrites. La femme enceinte végétarienne doit être vigilante et se complémenter en vitamine B12 pour éviter toute carence pour le fœtus.

Les personnes traitées par des médications antiacides, la metformine ou la colchicine peuvent nécessiter une supplémentation, ces médicaments diminuant l’absorption de la vitamine B12.

Il n’y a pas de risque de surdosage et d’hypervitaminose avec la vitamine B12 et sa tolérance est excellente.

Vitamine B12 (méthylcobalamine) et vitamine B9

En bref :

Ou trouver de la vitamine B12

Pour 100 g d’aliment :

Foie de mouton ou de veau       60 -65 µg

Crustacés            15 – 30 µg

Sardines              10 – 12 µg

Saumon, Thon   4 µg

Charcuterie        1 – 2 µg

Qui doit se poser la question d’une supplémentation ?

  • Personnes souffrant d’anémie de Biermer ou d’un affection congénitale touchant l’absorption de la vitamine B12
  • En cas de fatigue ou convalescence après une chirurgie digestive
  • En cas de névrites périphériques avec engourdissement des extrémités
  • Chez les personnes traitées au long cours par des inhibiteurs de la pompe à proton (–prazole), la metformine ou la colchicine
  • Chez les végétariens stricts particulièrement chez les femmes enceintes

Comment prendre de la vitamine B12

  • En consommant des aliments riches en vitamine B12
  • En prenant une complémentation sous forme liquide ou solide
    • La spiruline et la Klamath contiennent de la vitamine B12 mais cette fraction vitaminique est semble-t-il peu active et peu disponible
    • L’intérêt de la cyanocobalamine (plus stable) par apport à la méthylcobalamine (directement active et potentiellement plus biodisponible) est discuté

Quelques idées fausses

  • Notre flore intestinale fabrique suffisamment de B12       FAUX !
  • Les aliments fermentés apportent suffisamment de B12      FAUX !

Dans un prochain article tout sur la vitamine B9 et pourquoi l’associer à la B12 !

Les conseils d’Herbéo, l’herboristerie de Bordeaux : La Cicatrisation / I

Définition et bref rappel physiologique

Par Laurène Vallet, étudiante à l’Ecole Bretonne d’Herboristerie, en stage chez Herbéo

La peau est constituée de trois couches :

            –l’épiderme : couche superficielle qui protège les autres couches les plus profondes

            –le derme : couche intermédiaire où se trouvent les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les terminaisons nerveuses, les glandes sudoripares, les poils et les glandes sébacées.

            –l’hypoderme : couche la plus profonde qui permet l’isolement thermique et l’amortissement des chocs.

La cicatrisation peut être définie comme étant un « processus complexe au cours duquel l’organisme tente de reconstituer le ou les tissus endommagés par une blessure et d’en restaurer la fonctionnalité [1]».

Processus :

Il existe deux types de processus différents :

  • Cicatrisation primaire : se met en place face à une altération tissulaire minime
  • Cicatrisation secondaire : se met en place face quand les berges de la plaie ne peuvent pas être mis en apposition.

Ils se déroule selon trois phases quelque soit le type de processus :

1/ Vasculaire et inflammatoire

  • remplissage de la brèche par des caillots de sang et des débris cellulaires.
  • migration de phagocytes pour ôter les débris cellulaires et le caillot. Ils stimulent l’activité des fibroblastes.
  • ces fibroblastes sécrètent des fibres de collagène pour relier les tissus de la brèche.

2/ Prolifération ou réparation tissulaire :

  • prolifération de cellules épithéliales pour permettre à l’épiderme de retrouver son épaisseur. Le caillot formé au départ se retrouve à la surface, il correspond à la croûte qui tombe spontanément au bout de quelques jours.
  • développement du tissu de granulation vers la surface qui fabrique des bourgeons capillaires ainsi que des nouveaux phagocytes et des fibroblastes dans le caillot. La plaie est ainsi vascularisée. les phagocytes continuent d’enlever le caillot et les bactéries, les fibroblastes sécrètent toujours des fibres de collagène.

3/ Maturation :

  • remplacement du tissu cicatriciel fibreux par le tissu de granulation.
  • réarrangement des fibres de collagène, ce qui augmente la solidité de la plaie.
  • vascularisation de la plaie diminue et devient une mince ligne au bout de quelques mois;

4/ Facteurs influençant la cicatrisation :

  • état de santé général de l’individu
  • état nutritionnel
  • état de vascularisation : permet d’apporter les nutriments et l’oxygène mais également d’enlever les déchets, les microbes ou autres contaminants. Le tabac et le diabète altèrent la micro-circulation.
  • vieillissement : ralentit les phases de la cicatrisation
  • obésité : augmente l’épaisseur des tissus adipeux et le tension de la plaie
  • stress : augmente le taux de cortisol qui diminue le nombre de lymphocytes

5/ Quelques complications possibles :

  • adhérence : tissu fibreux qui se fixe sur les tissus adjacents et pouvant limiter les mouvements.
  • infection : contamination microbienne sous forme de pus. Il est formé de phagocytes et cellules mortes, de débris cellulaire, de fibrine, d’exsudat inflammatoire et de microbes. Il peut se trouver sous forme de furoncle, d’abcès.
  • hypertrophie de la cicatrice : due à une prolifération excessive du tissu de granulation.

A bientôt pour le deuxième épisode: Les plantes de la cicatrisation !


[1]Plaies et cicatrisations, de Sylvie Meanne, éditions Masson, Paris, 2005.

Aromathérapie: Les huiles essentielles Bio peu communes d’Herbéo, l’Herboristerie de Bordeaux: Le Bay Saint Thomas

Le Bay Saint Thomas est un petit arbre des caraïbes appelé « Piment de la Jamaïque » ou « Piment couronné » ou encore « Bois d’Inde » appartenant à la famille des myrtacées. Cette famille renferme de nombreux genres riches en huile essentielles notamment les eucalyptus et les mélaleuques. Le Bay Saint Thomas possède un feuillage aromatique utilisé en infusion anti-infectieuse et en épice de cuisine. Distillés les rameaux feuillés donne une huile essentielle, peu onéreuse, à l’odeur agréable et aux vertus souvent méconnues.

Pimenta racemosa

Que contient cette huile essentielle ?

Le composé très majoritaire de l’huile essentielle est l’eugénol, cette substance est présente à hauteur de 50% environ. L’eugénol est la substance typique retrouvée dans l’huile essentielle de giroflier qui lui en contient 80%. L’eugénol est un phénol substitué et comme toutes les huiles essentielles à phénol méritera une vigilance quant a son emploi. Outre l’eugénol, l’huile essentielle de Bay St Thomas est riche en myrcène, un monoterpène présent à 20-25% et en chavicol (environ 9%). Myrcène et chavicol sont quasiment absente des autres huiles riche en eugénol comme le giroflier, le basilic sacré ou l’huile essentielle de cannelle feuille.

Quelles sont les activités connues de ces substances ?

L’eugénol est un anti-infectieux très efficace sur de nombreuses souches bactériennes mais aussi sur des champignons microscopiques. L’eugénol est aussi un analgésique (l’eugénol est utilisé comme antiseptique-analgésiant en odontologie)et un puissant anti-inflammatoire. L’effet anti-inflammatoire est potentialisé dans l’huile essentielle de Bay St Thomas par le myrcène.

Le chavicol présent à hauteur de 10 % environ va apporter des propriétés spasmolytiques.

Pourquoi employer l’huile essentielle de Bay Saint Thomas ?

Outre un emploi en parfumerie, l’huile essentielle de Bay Saint Thomas s’emploi principalement pour la réalisation de soins capillaires. Par son effet anti-infectieux elle va réguler la flore cutanée et sera un bon actif dans des préparations anti-pelliculaire permettant de traiter des démangeaisons du cuir chevelu. L’effet vasodilatateur périphérique permet de stimuler la microcirculation du cuir chevelu et d’intervenir bénéfiquement en empêchant la chute des cheveux et en favorisant leur repousse.

L’huile essentielle de Bay Saint Thomas peut aussi être utilisée dans des soins ORL comme anti-infectieux et comme régulateur de la flore cutanée en cas d’acné. Son effet anti-parasitaire et anti-fungique la rend aussi efficace contre la gale ou les teignes.

Sa composante anti-inflammatoire et analgésique permet un usage pour traiter les douleurs névralgiques.

Comment utiliser l’huile essentielle de Bay Saint Thomas ?

L’eugénol est une substance agressive pour la peau et les muqueuses, elle nécessite de bien suivre les précautions d’emploi. L’huile essentielle de Bay Saint Thomas s’utilise en solution diluée par voie cutanée. L’utilisation par voie orale ou en inhalation est à proscrire dans un « usage familial ». Il faut souligner pour cette huile l’importance d’un test préalable de tolérance cutanée, par exemple en apposant une ou deux gouttes de solution diluée ou plis du coude.

L’utilisation en soin capillaire se fait en général en ajoutant directement 1 à 2 goutte(s) d’huile essentielle à une dose de shampoing doux ou si l’on veut faire un masque avant shampoing 3 gouttes pour 2 cuillère à soupe de cire liquide de jojoba ou d’huile de ricin. Masque avec lequel vous massez le cuir chevelu avant un shampoing.

N’hésitez pas à solliciter le conseil de votre pharmacien-herboriste ou médecin phytothérapeute. Ces partenaires pourront vous conseiller sur les meilleures associations avec des huiles essentielles complémentaires et synergiques notamment dans des préparations pour les maladies de peau.

Précautions avec l’huile essentielle de Bois d’Amyris

Les précautions habituelles aux huiles essentielles s’appliquent pour le Bay Saint Thomas. Cette huile essentielle est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 5 ans et aux personnes épileptiques ou asthmatiques.

Comme toute huile essentielles des allergies sont toujours possible et il conviendra d’effectuer un test de tolérance cutanée avant d’utiliser une solution diluée avec une ou des huiles végétales sur une plus grande surface corporelle d’autant plus que cette huile est dermocaustique

Des conseils de professionnels sont nécessaires, les personnes les mieux formées à l’aromathérapie sont les pharmaciens ayant développé un savoir faire spécifique et suivi des formations validés en la matière.

Choisissez des huiles essentielles de qualité, personnels compétents et conseils avisés, bulletin d’analyse non factice… et sentez les… Tests et conseils étant difficiles sur le web faites confiance à des pros !

La Tisane des Bâtisseurs de l’Avenir

Contribuons ensemble au nouveau rayonnement de Notre Dame de Paris en bâtissant un nouvel avenir pour la cathédrale.

La « Tisane des Bâtisseurs de l’Avenir » a été créée pour que chaque personne qui le souhaite, en association avec Herbéo, contribue à la reconstruction de la cathédrale et aux œuvres caritatives initiées par la Fondation Notre Dame.

Pour cette création nouvelle, nous avons choisi un assemblage symbolique de plantes. L’angélique évoque la protection des cieux, l’anis étoilée rappelle les majestueux vitraux en rosaces du bâtiment, la myrte et la reine des près rendent hommage à la royauté immaculée de Notre Dame. La verveine et le stevia apportent leur douceur et leur réconfort. La rose rouge et les boutons de roses font écho à l’importance patrimoniale de cette cathédrale pour notre nation, aux blessures subies et au renouveau à venir.

Pour l’achat d’un sachet de cette tisane à 8€, Herbéo versera 2€50 à la Fondation Notre Dame.

Les comptes de l’opération seront consultables sur notre site internet www.herbeo.fr avec un suivi mensuel. www.fondationnotredame.fr

Compléments alimentaires – Les conseils d’Herbéo, l’herboristerie de Bordeaux : La Vitamine C

Avoir du tonus et combattre la fatigue… prenez des plantes à vitamines C !

L’histoire de la Vitamine C est aujourd’hui bien connue du grand public. Sa déficience chez les marins au temps des long voyages à la voile provoquait une maladie mortelle, le scorbut, qui pouvait être évitée lorsque l’on ajoutait au régime des fruits et des légumes et notamment des jus de citron et/ou d’orange. Les signes principaux constaté lors de la déficience en vitamine C nous aident à comprendre le rôle exact de cette substance :

  • Fatigue intense
  • Œdèmes des membres
  • Saignements des muqueuses et sous cutanées
  • Complications infectieuses

Résistance à la fatigue et aux infections, maintien des fonctions vasculaires et de l’intégrité des muqueuses mais aussi d’autres fonctions importantes comme la cicatrisation et la réparation des altérations du collagènes (affections rhumatismales, consolidation des fractures…).

Chimiquement la vitamine C s’appelle acide l-ascorbique et provient directement du métabolisme du glucose. Il existe un équilibre entre la forme oxydée et la forme réduite l’acide déhydroascorbique. La plupart des animaux sont capables de synthétiser la vitamine C mais le singe et l’homme dépendent totalement d’un apport extérieur (c’est la définition d’une vitamine) qu’ils trouvent en général dans les fruits et légumes. La vitamine C est hydrosoluble (dissoute facilement dans l’eau). Lors de la cuisson des aliments c’est plus l’élimination dans l’eau de cuisson que la température qui fera baisser le taux de vitamine C. Les plantes à vitamine C sont donc tout à fait indiquée pour la réalisation de tisanes.

Pour un adulte les besoins journaliers en vitamine C vont de 50 à 150 mg en fonction du degré d’activité physique, du niveau de stress ou de pathologies associées. Prise par voie orale la vitamine C va rapidement être absorbée au niveau de l’intestin grêle et se répartir dans l’organisme, foie, corticosurrénales et hypophyse sont particulièrement riche en vitamine C. L’élimination de la vitamine C se fait principalement dans les urines et dans la sueur.

Du fait de la richesse et de la variété de notre alimentation, le scorbut est, heureusement, aujourd’hui une maladie disparue. Une supplémentation en vitamine C pourra être utile dans les cas suivants.

Adaptation au stress et à l’effort. La vitamine C intervient dans la synthèse du cortisol, hormone de l’adaptation au stress et de la régulation des inflammations d’où la richesse des glandes corticosurrénales à l’origine du cortisol en vitamine C.

Métabolisme du collagène. La vitamine C permet la synthèse d’hydroxyproline, composant principal du collagène. Aide à la cicatrisation, réparation des tendons et prévention des pathologies des articulations font partie des bienfaits d’une supplémentation en vitamine C.

Résistance aux infections. Importante pour la fabrication des anticorps et la défense contre bactéries et virus, la vitamine C est l’alliée des enrhumés !

Métabolisme du fer et des neurotransmetteurs aminergiques. La vitamine C est nécessaire à l’absorption et la fixation du fer et également à la synthèse de la dopamine, de la noradrénaline et de l’adrénaline. Tout ces métabolismes font intervenir des réactions d’oxydo-réductions ou la vitamine C intervient comme cofacteur.

Détoxification. Les réactions hépatiques de détoxification impliquent des enzymes d’oxydation. Des facteurs comme la vitamine C permettant la régénération des systèmes enzymatiques sont indispensables.

Stress oxydatif. Plus généralement la vitamine C est un excellent antioxydant pour la prévention du stress oxydatif et du vieillissement cellulaire.

Vitamine C avec bioflavonoïdes; action retard

Quelles sont les plantes à vitamine C ?

Champion le fruit du camu camu, Myrciaria dubia, Myrtacées avec 2,5g de vitamine C pour 100g de fruit puis l’acérola, Malpighia punicifolia, Malpighiacée avec 1,6g. Le camu camu vient d’Amazonie et l’acérola des Antilles. Nous trouvons plus près de nous également des fruits très riche en vitamine C, le cynorrhodon, fruit de l’églantier sauvage, Rosa canina, Rosacées, est sur le podium avec une médaille de bronze et 1g de vitamine C pour 100g de fruit. De bonnes sources de vitamines C vont pouvoir être retrouvées dans la baie d’argousier, le fruit de cassis, le calice de la fleur d’hibiscus, le persil, le kiwi, l’ortie, le brocolis…. Finalement l’orange et le citron si célèbres ont des quantités modérées avec seulement 55 à 60 mg pour 100g de fruit.

Une supplémentation en vitamine C pour qui ?

Sportif en période d’activité intense notamment durant l’hiver ou en climat frais, pour augmenter l’adaptation de l’organisme et la résistance aux infections.

Etudiant en révision, pour une meilleure résistance au stress et l’optimisation des performances.

Après un traumatisme, blessures, tendinite, entorse, fractures pour aider à la cicatrisation et à la reconstruction ligamentaire et osseuse.

Lors d’une infection bactérienne ou virale pour stimuler les défenses de l’organisme

Chez les personnes anémiées pour favoriser l’absorption du fer.

Comment prendre de la vitamine C ?

Préférez la vitamine C naturelle issue des plantes car les plantes fabriquent uniquement la forme active de la vitamine C. En gélules ou comprimés et pourquoi pas en tisane, le vitamine C étant très soluble dans l’eau.

Une tisane tonifiante riche en vitamine C :

La tisane Tonique d’Herbéo:
Eleuthérocoque, cynorrhodons, eucalyptus, hibiscus, ortie, menthe 100% Bio

Les recettes Herbéo de cosmétiques 100% naturels

La recette Phyto de saison

Se fabriquer un environnement

sans moustique… et sans insecticide !

Dans un flacon de 5 ml, versez :

  • 4 ml de dispersant* (Solubol ou SoluS ou Cétiol)
  • 1 ml d’un mélange* d’huiles essentielles insectifuges (Citronnelle de Ceylan, Géranium d’Egypte, Lavandin, Eucalyptus citronné …)
  • Mélangez.
  • Versez la moitié dans un flacon-vaporisateur de 50 ml* et remplir avec de l’eau. Mélangez bien à nouveau.
Ce spray est prêt à être utilisé de mille façons :
– Bracelet antimoustique pour toute la famille :
vaporisez directement sur votre bracelet en tissu ou sur une tresse de rubans de coton avec laquelle vous ferez un bracelet pour poignets et chevilles, pour tous les membres de la famille !

– Guirlandes d’extérieur antimoustique :
récupérez les guirlandes de petits drapeaux triangulaires qui ont servi lors de la dernière fête (ou faites-en une très rapidement en nouant des bandes de tissu sur un fil ! moins joli mais tout aussi efficace !) et vaporisez largement la solution sur tous les fanions (ou petits nœuds !) Il n’y a plus qu’à installer vos guirlandes au-dessus de la table et de vos têtes.


* : disponible chez Herbéo, 31 rue des Ayres 33000 Bordeaux

Les recettes Herbéo de cosmétiques 100% naturels fait Maison

La recette Cosméto naturelle de saison

Démaquillant pour peau rougie par le soleil

Dans un flacon propre de plus de 100 ml, versez :

  • 50 ml de macerât huileux de Millepertuis*

  • 50 ml d’eau de chaux**

Secouez énergiquement jusqu’à obtenir une texture crème et une modification de la couleur originelle.

Appliquez sur la peau du visage avec un coton à démaquiller pour la nettoyer tout en douceur et tout en l’apaisant du feu du soleil. Rincez, en vaporisant sur votre visage, une eau florale de Rose, de fleurs d’Oranger ou de Camomille.

ATTENTION : NE PAS S’EXPOSER AU SOLEIL AVEC LE LINIMENT SUR LA PEAU. RISQUE DE PHOTOSENSIBILISATION.

* Macérat réalisé dans de l’huile d’Olive (en vente chez Herbéo ou à faire en formation Phytothérapie du 10 juin 2017)
** eau de chaux en vente en pharmacie

Les tisanes de l’herboristerie Herbéo: 1. Tisane SPORT

A la découverte des ingrédients de nos tisanes. La tisane destinée aux sportifs à prendre pendant et après une séance comporte

  • De la queue de cerise
  • Des fleurs d’hibiscus
  • De la feuille d’ortie piquante
  • De l’écorce de rooibos
  • De l’écorce interne de tilleul dite aubier de tilleul
  • De la feuille vigne rouge

L’association de ces plantes ne doit rien au hasard mais plutôt à la réflexion de ce qui serait bon pour éviter crampes et courbatures et aussi bon… au goût !

L’effort musculaire va conduire à une accumulation d’acides organiques notamment l’acide lactique. Pour contrer cela, les plantes drainantes: aubier de tilleul, queue de cerise sont particulièrement intéressante. Leur combinaison avec l’ortie piquante (Urtica dioica) qui est diurétique, anti-inflammatoire et très riche en minéraux basifiants est particulièrement bienfaisante. La vigne rouge (Vitis vinifera var tinctoria) veinotonique renforce le drainage.

Pour compléter le mélange le rooibos (Aspalathus linearis) a été choisi pour ses remarquables propriétés antioxydantes, son absence de caféine et théobromine et son excellente saveur. L’hibiscus est riche en vitamine C et contribue à la re-dynamisation de l’organisme en synergie avec les vertus tonifiantes de l’ortie.

L’ensemble forme un mélange harmonieux dans ses propriétés, son aspect et délicat pour le palais. la tisane peut être bue à toute températures, fraîche ou chaude sans altérer ses bienfaits, un avantage pour les sportifs qui courent en toutes saisons !

La tisane Sport sur la boutique Herbéo

Herbéo aime la phytothérapie avec les Suspensions Intégrales de Plantes Fraîches

Herbéo vous propose toute une gamme d’extraits de plantes fraîches en suspension intégrale (SIPF), une préparation unique et extrêmement efficace.

La chimie d’une plante fraîche est remarquablement diverse avec plusieurs centaines de molécules, métabolites, protéines de structure et enzymes, qui agissent et se potentialisent en synergie. Souvent l’activité d’une plante est due à non pas à un composé actif mais à l’intégralité des constituants de la plante. Juste après la récolte, au cours du séchage et de la conservation l’ensemble moléculaire qui supporte l’activité thérapeutique va s’altérer. Garder intact l’intégralité des constituants de la plante et permettre aux principes actifs d’être disponible dans l’organisme est le but à atteindre pour qui veux bénéficier de la potentialité thérapeutique la plus large.

Le procédé SIPF (Suspensions Intégrales de Plantes Fraîches) est un procédé de fabrication qui présente pour particularité de conserver l’intégralité des constituants tels qu’ils se trouvaient à l’état natif dans la plante fraîche.

Ce procédé est développé par Laboratoire Synergia, a qui nous empruntons la description suivante du procédé.

Les 7 étapes du procédé SIPF

Culture des plantes médicinales
En dehors du fucus, les 17 plantes utilisées dans le concept SIPF sont cultivées en Ardèche, région française exceptionnelle pour la variété de ses sols et la diversité de son climat, en respectant les règles de l’agriculture biologique.

Récolte
C’est un moment très important pour la qualité des SIPF. Les plantes sont cueillies en fonction de la date idéale de cueillette, qui peut être différente pour chacune d’entre elles. Moins de 24 h après la récolte, les plantes fraîches sont réceptionnées pour la transformation. Un premier contrôle permet de contrôler l’identité de la plante et de vérifier la qualité de la récolte, sans ionisation ni irradiation.

Cryobroyage
Les plantes son refroidies à -25°c par de l’azote afin de bloquer la dégradation enzymatique. Elles sont ensuite broyées à -196°C en particules de 1 mm puis de 50 à 400 microns (1 micron = 0, 001 mm).

Mélange et Macération
La poudre ainsi obtenue est mélangée à de l’eau et de l’alcool bio (30% d’alcool) et laissée en macération pendant plusieurs semaines.

Centrifugation
Cette opération s’effectue en 2 phases, d’abord pour séparer la « boue » du jus macéré puis pour affiner le jus ainsi obtenu.

Ultrapression moléculaire
La « boue » est asséché par ultrapression moléculaire (40 bars).Cette opération permet de récupérer un jus pur très concentré qui est mélangé au premier jus obtenu lors de la centrifugation.

Stabilisation du produit et contrôles
Les SIPF ainsi obtenus sont contrôlés (dosage des principaux actifs) et la concentration en alcool est ajustée afin de respecter la charte de fabrication.

SIPF : caractéristiques et spécificités

Efficacité
Le procédé SIPF respecte et restitue l’intégralité biochimique de la plante fraîche pour une efficacité supérieure à toutes les autres formes galéniques avec une plus grande rapidité d’action. La conservation en suspension hydroalcooliques de 30% seulement permet d’améliore la biodisponibilité du potentiel thérapeutique.

Spécificités
La présence d’alcool n’a pas toujours bonne presse, pourtant les quantités sont minimales. Ainsi, 5 ml de SIPF (la dose moyenne généralement conseillée par jour, à diluer dans de l’eau) correspond à 0,024 g d’alcool par litre de sang pour un homme de 70 kg. Contre à 0,20 g d’alcool par litre de sang après absorption d’une bière de 25 cl à 5°. Cependant, en raison de la présence d’alcool, et conformément aux recommandations sanitaires, les SIPF sont contre-indiqués chez la femme enceinte et les enfants de moins de 40 kg.

Dans de prochains billets sur ce blog nous vous expliquerons l’utilisation de certaines compositions et nos expériences personnelles avec ces préparations.

A bientôt

L'Echinacée, pour maintenir son immunité et se protéger des maux de l'hiver est disponible en

L’Echinacée, pour maintenir son immunité et se protéger des maux de l’hiver est disponible en